Retour au Sommaire


«Guide de survie familiale - La radioactivité»


RADIOACTIVITE - MESURES D'URGENCE

 

Généralités


La radioactivité fait peur. Pour une majorité de personnes, on meurt très vite à cause des radiations. Les films « catastrophe » montre des plaies attroces … Il est évident que si vous vous trouvez à moins de 5 kilomètres d’une explosion nucléaire (centrale ou charge nucléaire), vous serez mort sur le coup ou dans les heures qui suivent.


Mais au-delà de ce point, revenons sur un premier aspect : les normes. Elles sont définies par des spécialistes qui donne la dose maximum d’irradiation comme étant normal ou dangereuse. Ces normes indiquent les risques pour l’organisme (souvent à longs termes).


Le danger n’est pas le même selon la catégorie d’individus : les jeunes femmes (qui auront des enfants) se trouvent en grands risques d’enfanter d’un bébé ayant de graves malformations.


Plus ont est jeune et plus il y a de risques d’un déclenchement d’un cancer. C’est logique, un bébé à une espérance de vie très longue alors qu’il restera moins d’années à un homme de 50 ans.


Les médecins de ne savent pas expliquer pourquoi certains d’entre nous présente un jour un diagnostique cancéreux et pas d’autres. C’est pareil avec les effets des radiations. Ne nous leurrons pas : nous avons été tous exposés aux radiations de l’accident de Tchernoyl et probablement aussi de Fukushima ! Is l’on considère la faible distance de cette centrale nucléaire et Tokyo, les habitants de cette capitale ont été irradiés. Les frontières n’arrêtent pas les nuages toxiques.


On présente un accident nucléaire comme la fin d’une partie ou de la totalité du monde. Faux, c’est du catastrophisme pur et simple. Un japonais vit toujours, seul, dans la région irradiée du Japon et il ne présente aucun signe de maladie.


Pouvons-nous survivre à un accident nucléaire ou des radiations ? La réponse est oui. Donc les principes de survie sont d’application en cas de ce type d’incident. Je précise que je suis contre l’énergie nucléaire mais la société moderne ne peut s’en passer.


En priorité


Rappelez vous par expérience que le gouvernement et les grands médias ne préviennent pas lorsque le danger est imminent – on vous dit toujours que tout va bien…. ou l’on ne dit rien du tout.


Ne pas oublier que les doses d’irradiation sont cumulatives et insidieuses. Remarquez aussi le silence radio actuel concernant Fukushima laissant à penser que tout est réglé et que l’on peut vaquer tranquillement à ses affaires. Voici ce qu’il est sage d’appliquer en préventif et en curatif  selon les dernières données que j’ai en main :


1 - Eviter tous les produits laitiers : si les vaches ont brouté de l’herbe contaminée, les radio-éléments se retrouvent dans le lait (60% de la contamination).

2 - Proscrire les viandes et poissons ceux-ci risquant fort d’être irradiés

3 - Traiter l’eau du robinet avec un appareil à osmose  inverse seule façon sure d’arrêter les radio-éléments.

4 - Rincer abondamment les fruits et légumes et préférer les cultures sous serre.
    Ne pas sortir sous  la pluie : autrement, se doucher au savon ensuite et passer les vêtements à la lessive.

5 - Se méfier du contact cutané avec les objets d’origine extérieure et se laver souvent les mains 
    (Le gouvernement mauricien a renvoyé des voitures japonaises neuves chargées en radioactivité).

6 - Ne pas respirer sans masque les atmosphères poussiéreuses.

7 - Activer  le drainage rénal en permanence (voir phyto, homéo….).

8 - Se procurer éventuellement un compteur Geiger pour faire ses courses.

Une solution pour s’installer dans une situation prolongée


J’ai deux entrées extérieures et deux sas. En cas de problème nucléaire, j’ai récupéré les toiles plastifiées d’une grande tonnelle de jardin. J’ai du Scotch Tape (bande adhésive permanente, peu importe la marque, mais de bonne qualité).


L’idée est d’installer un sas de décontamination. Ce sera sommaire mais moins il y a de matières radioactive qui entre et mieux c’est. Vous pouvez aussi utiliser des bâches.


Fixez les bâches sur les quatre côtés constituant votre sas ainsi que le plafond et le sol. Raccordez chaque bâche avec le Scotch Tape (mieux c’est étanche et mieux c’est isolé). Laissez deux passages : un pour l’entrée extérieur et un vers votre logement.


Le problème ce sont les poussières et les particules contaminées. Si vous avez assez de bâches, : doublez les deux toiles des accès.


Dans ce sas, installer un pallason, un bassin plat ayant une dimension assez grande pour y mettre vos deux semelles de chaussures. Un bassin qui permettra de vous laver. Un porte manteau et des sacs poubelle en plastique.


Pour tous les objets, évitez au maximum le métal ou des parties métalliques qui se contamine plus vite.


Lorsque vous devez sortir (si possible uniquement dans des cas obligatoires, prévoyez à l’intérieur de votre domicile des vêtements non contaminés (jamais porté à l’extérieur) et une réserve d’eau avec du savon. Celle-ci vous servira à vous laver. Remplissez le bac à chaussure d’environ 1 cm d’eau.


Lorsque vous rentrez d’une sortie :

-Frottez les semelles de vos chaussures sur la pallasson.

-Trempez vos semelles dans l’eau du bac.

-Enlevez TOUS vos vêtements et placez-les sur le porte manteau.

-Lavez-vous et particulièrement les surfaces de la peau exposée.

-Sortez du sas pour vous sécher.

-Mettez vos vêtements d’intérieur.


Ce « bricolage » évite d’amener dans son espace de vie environ 70% de particules radio-actives. Mettre du Scotch Tape autour des fenêtres et portes inutilisées, réduit encore de quelques % les risques.


Et la ventilation ? Essayez d’utiliser des tuyaux ou des entrées limitées d’air. Autour de ses entrées, placez du filtre de hotte aspirante de cuisine avec de l’élastique par exemple ou du Scotch Tape. Cela réduira grandement les entrées radio-actives.


Moyens de décontamination (préventif et en curatif)

 

LA ZEOLITE K (klinoptilolite microbroyée) 

C’est un remarquable chélateur et draineur des éléments radioactifs que nous avons récemment découvert (voir l’article dans le JMD 92 de juin). C’est sans danger et pas trop coûteux.
En flacons de 200 mg, à prendre tant que le risque perdure.


En cas de pollution radioactive :1 cuillères à café de la poudre dissoute dans un  peu d'eau–2 à 3 fois par jour

En préventif et à long cours:1 cuillère à café, matin et soir

Enfants : Quantité proportionnelle au poids corporel

LE POLAR CLEANER S3

C’est une extraction cellulaire mécanique des radioéléments par champs électriques alternés (description dans Prenez en main votre santé tome 3), qui s’effectue pendant le sommeil. Cette technologie déloge aussi la plupart des poisons qu’il suffit d’éjecter alors avec les draineurs adaptés, en particulier la Zéolite K.


LE MAGNESIUM

Il est connu que le chlorure de magnésium, très Yang comme le Miso est un excellent chélateur des radio-éléments, mais sa consommation massive au long court est inenvisageable. Même le Nigari quoique mieux n’est pas anodin, d’autant plus qu’il est tiré de la mer du Japon…. Aïe !
Pourtant, dans cette veine, il reste une formule peu connue : le CHLORUMAGENE (1).
La pharmacie ne reconnait que ses vertus laxatives (violentes), mais selon la posologie de 1 cuil. à café. 
Pourtant, toutes les propriétés du chlorure de magnésium se retrouvent sans ses inconvénients moyennant un dosage quotidien de 1 pointe de couteau (valeur d’un petit pois). 
L’astuce est qu’il s’agit d'hydroxyde de magnésium qui au contact de l’acide chlorhydrique de l’estomac fabrique du chlorure de magnésium naissant, celui-ci n’ayant aucune incidence sur les reins. Le chlorumagène selon cette posologie présente tous les avantages du chlorure de magnésium sans ses  inconvénients.  Il peut donc être utilisé au long court.


LE CHARBON ACTIVE

Son usage est universel pour absorber et éliminer les poisons les plus violents à raison de 1 à 4 cuillères à soupe bombées par jour dans de l’eau selon le degré d’intoxication. 
Mais prendre en compte que ce charbon végétal neutralise tous les médicaments et remèdes si l’on est sous traitement, y compris la pilule abortive….


L’ARGILE BLANCHE

Il est bien connu que l’argile est un draineur de la radioactivité – mais à mon avis, elle joue surtout en dépannage par voie interne et en application externe. 

LE MISO devenu introuvable

Ce n’est plus la peine d’en parler ; suite à la razzia après Fukushima on n’en trouve plus, et la fabrication demande une fermentation durant de longs mois. Donc, attention si vous en trouvez encore, il y a 90% de chance que ce  soit pas un ersatz fabriqué en 15 jours.


LA TEINTURE D’IODE

Elle fait l’objet d’une véritable parano. Oui, 1 goutte par kilo de poids, mais si ce n’est pas au long court et que l’on n’est pas sous Lévothyrox avec une thyroïde encore en place. Les pharmaciens distillent des affirmations de dangerosité sans preuves, enseignées par le lobby officiel. De toutes manières, l’iode ne protège pas, il vise seulement à gaver la thyroïde pour qu’elle n’absorbe pas l’iode 133 radioactif ; mais il y a tous les autres radioéléments bien plus dangereux encore tels le césium, le bore, le strontium, l’américanum, etc., et là il faut d’autres moyens cités ci-dessus.


Recommandations générales en cas de contamination radioactive

NUAGE RADIOACTIF

Avoir en tête que la radioactivité est surtout véhiculée par les poussières. Le jeu consiste à éviter de les toucher, de les respirer et de les ingérer (aliments pollués).
L’eau de pluie est le second agent transmetteur direct. Ne pas sortir sous la pluie.
Par ailleurs, lors d’un passage de nuage radioactif, il faut généralement une huitaine de jours pour que le taux de rayonnement baisse dans des proportions moins dangereuses.
Enfin se rappeler que nous avons quand même une capacité d’élimination des radioéléments ingérés par les voies urinaires, qu’il faudra peut-être stimuler chez certains (diurétiques).


EN CAS DE FORTE CONTAMINATION


Pendant les 8 premiers jours, essayez de rester chez vous, le temps que les valeurs de rayonnement retombent à des niveaux moins dangereux, et contrôlez les prises d’air de la maison par des filtres ou des chiffons mouillés.
Pour sortir, couvrez-vous d’un survêtement imperméable qui n’accroche pas la poussière.
Respirez au travers d’un linge mouillé si vous n’avez pas de masque. Une poussière chargée d’un radioélément qui se loge dans un poumon crée un foyer chaud pouvant entraîner une micro radiolyse locale et peut être un départ de cancer.
Douchez-vous souvent et lavez systématiquement les vêtements qui ont pu être en contact avec de la poussière.


ALIMENTATION APRES LE PASSAGE D’UN NUAGE RADIOACTIF


Se rappeler que 60% des contaminations internes des gens victimes de Tchernobyl ont été véhiculées par les produits laitiers.
C’est logique : l’herbe ayant reçu de la pluie radioactive est broutée par les vaches qui donnent du lait radioactif… d’où la crème, le beurre et le fromage.
Tous les légumes et fruits doivent être abondamment et soigneusement rincés.
Eviter les champignons aériens, le thym et les herbes de Provence qui absorbent et concentrent spécifiquement  les radioéléments.


Retour au Sommaire