Retour au Sommaire


«Guide de survie familiale - Les premiers moments»


LES PREMIERES HEURES ET LES PREMIERS JOURS


1. Règles élémentaires générales


REGLE PRIORITAIRE : NE PAS OUBLIEZ DE BOIRE ET MANGER UN PEU (même froid).


CHAQUE MINUTE DE PERDUE EST UNE MINUTE QUI PEUT NOUS FAIRE BASCULER DANS LE PIRE.


La règle des 3 : 5 points à connaître pour la survie


- 3 secondes sans vigilance......et c'est l'accident (là on peut aussi parler d’attention).
- 3 minutes sans oxygène/ sans sang (manque d'oxygène, arrêt cardio-respiratoire etc...et c'est la mort ou l'état végétatif...Une hémorragie sur une artère principale ou un organe vital et trois minutes suffisent pour mourir)

- 3 heures sans protection (j'entends ici tout ce qui peut nous protéger de l'extérieure : Abris, vêtements, outils de défense...)

- 3 jours sans boire (au bout d'une journée, on peut déjà éprouver des difficultés à s'orienter, à réfléchir....)

- 3 semaines sans manger (trouver à manger n'est pas une priorité en situation immédiate de survie / par contre, il ne faut pas non plus aller à l'extrême, car notre machine, comme toute machine a besoin de son carburant pour rouler)

- 3 mois sans contact social (j'entends ici isolé, ou sans parlé, sans contact sociétaire humain ou même animal / on perd vite la notion de la civilité...et la tête par extension)


Règles principales de sécurité et de survie en milieu urbain :


Pratiquement personne n’est préparé et n’a de réserves (eau, nourriture, médicaments …). Il y a probablement des blessés et des morts (ou il y en aura). Vous imaginez que tout le monde aura une attitude « de zombie ». Mais au lieu de chercher à vous mordre, ils vont chercher à vous tuer pour manger, boire, se soigner. Ils Vont tout essayer : mentir, promettre, supplier et faire un maximum pour vous tuer et vous pilier. Respectez ces règles au maximum :


- Pas de bruit ou le moins possible.

- On n’ouvre à personne même connues (Robert, Marina, des voisins …).

- Ne pas montrer de signes de vie (on ne répond qu’à papa, maman, un sœur).

- Pas de lumière visible de l’extérieur.

- On se cache loin des fenêtres en cas de danger.

- Le chien est une garde même s’il n’est pas dangereux (laissez aboyer)


Utilisation de cette chronologie. Si on en arrive à de telles extrémités, c’est que c’est grave, tout va mal. Et moins on serait de présents à la maison et plus on aura peur, C’EST NORMAL.


Quand on a peur, et même si on a pas peur, on oublie vite des choses importantes à faire parce qu’il y en a beaucoup mais aussi parce qu’elles sont « anormales ».


J’imprime plusieurs exemplaires de ce guide (comme la liste des courses). Prenez un bic ou un crayon et suivez pas à pas ce que vous devez faire. Il y a des choses qui seront peut être impossible : incendie, inondations, pièces effondrées … Peu importe, essayez de suivre ce guide avec intelligence.


Au fur et à mesure qu’une tâche est effectuée, vous rayez celle-ci de la liste.


2. Etablir une périmètre de sécurité


On doit bien gérer les stocks et les protéger. Voici PAR ORDRE ce qu’il faut faire (faites-le à deux si vous n’êtes pas seule) et VERIFIEZ que tout soit fait :


-Fermez le portail et mettre les verous ainsi que les deux barres (si l’un d’entre nous doit rentrer, il frappera à la fenêtre de la cuisine cave).

-En cas de dégâts à la maison : couper le gaz (toilettes derrière le panneau) et éventuellement l’électricité (au tableau des plombs, les trois premiers plombs en haut à gauche)

-Fermer les deux portes d’accès en laissant les clés sur la porte (en bas)

-Baisser TOUS les volets et fermer toutes les tentures.

-Mettre les chaines à la porte du couloir en bas.

-Mettre la barre à la seconde porte du couloir (vis) et un bloc de bois.

-Toutes les fenêtres doivent être fermées.

-A la porte d’entrée du haut, bloquez-là avec tout ce que vous pouvez  trouvez et transporter (meubles, objets lourds à empiler …)

-A la seconde porte d’entrée du haut, poussez aussi des meubles …

-Occulter la fenêtre de la cuisine cave (tentures et tissus à l’atelier et livres rangés dans la réserve.


Et ce n’est pas fini mais quand on travaille, on n’a pas le temps de penser. CONTINUEZ A BIEN SUIVRE CET ORDRE, vous ne pourrez peut-être pas tout faire ou il vous faudra répartir le travail sur plusieurs jours (ou nuits).


3. Etablir une périmètre de salubrité


Nos pires ennemis sont les bactéries. Pour survivre dans un certain confort, nous devons préparer l’espace intérieur que nous venons de sécuriser.


A part le chien qui aura son utilité, tous les animaux auront plus de chance de survivre libres à l’extérieur. Nous n’avons plus la possibilité de leur donner à boire même si nous avons encore de la nourriture. On les nourrira donc dehors.


On doit aussi éviter les odeurs, les rats, les souris, les insectes (mouches…) Et on a plus d’eau (pour les toilettes par exemple). Il faut prendre les mesures suivantes :


- Il faut mettre TOUS les chats à l’extérieur (ils ont le plus de chance de survie et ils savent chasser pour se nourrir). Il n’y a pas d’exception (les petits, comme les grands).

- Si la sécurité le permet : videz TOUS le bacs à chats et TOUTES les poubelles dans le container. Tous les déchets sont des microbes. Tous les bacs à chats doivent être placés dans la salle de bain (vides).

- Tirez TOUTES les chasses d’eau des toilettes et fermer les planches des WC. NE PLUS LES UTILISER LES TOILETTES, il n’y aura plus d’eau.

- Vous utiliserez un des trois seaux de toilettes sous le réchaud de la cuisine cave. On place son sceau dans la buanderie et on vérifie de l’avoir fermé).

- On vide son seau la nuit dans le fond du jardin (le plus loin de la maison).


4. Préparation vestimentaire


Chacun prépare un set de vêtements volume de deux valises :

-Solides.

-couleurs pas salissantes (on se fout d’être assorti)

-faciles à laver (plus de machine).

-Des vêtements pour le chaud ET le froid (pull, pyjama …)


On n’oublie pas :

-de bonnes chaussures.

-des pantoufles.

-un BON manteau anti-pluie (le plus solide, capuchon …).

-beaucoup de culottes, soutien gorges et chaussettes SOLIDES (pas de la dentelle !).

-tee-shirt, jeans, vêtements larges (c’est le mieux)


On range chacun ses affaires dans la réserve (il n’y a plus de chats). Le désordre ou le manque de propreté apportera des problèmes de santé graves.


5. Couchage


On descend un maximum de couettes (housses et draps) ainsi que vos coussins. Il n’y aura qu’une chambre : vous dormirez dans le canapé lit de notre chambre. On range le surplus bien plié dans la buanderie.


On souffle un coup. On ne se tracasse pas mutuellement et on partage l’espoir. Ceux qui sont momentanément absents compte sur vous. Ils auront besoin d’un abri bien organisé !


On prend une pose en se réchauffant (le corps mais aussi le cœur) avec une boisson chaude : il y a du chocolat avec poudre de lait, thé, Nescafé, soupes. On réchauffe de l’eau sur le petit réchaud à alcool (la bouteille de gaz n’est pas encore installée).


6. Nourriture des quatre premiers jours


- Pendant les deux premiers jours : essayez de manger un maximum de produits frais venant du frigo. Vous essayez d’ouvrir le moins souvent et le moins longtemps. On mange plutôt les nouveaux produits qui ne sont pas encore ouverts. APRES 48 HEURES : on vide le frigo et ON JETTE TOUT dans le container.


- Durant les jours 3 et 4 : essayez de mangez un maximum de produits congelés. NE PAS MANGER DE PRODUITS LAITIERS DECONGELES (glaces par exemple). APRES LE 4EME JOUR : on vide les congélateurs et ON JETTE TOUT y compris TOUT CE QUI EST FRAIS ET OUVERT dans le container.


- On sent les aliments, on examine leur aspect. TOUT CE QUI EST SUSPECT EST JETE au container. VOUS POUVEZ MOURIR D’UNE INTOXICATION ALIMENTAIRE.


7. L’équipement de la cuisine


La cuisine cave est équipée pour fonctionner sans électricité.


- Rangez le four, la machine à pain, le gaufrier et tout élément fonctionnant à l’électricité dans la buanderie. Ils sont momentanément inutilisables.


- Les emplacements libérés serviront à disposer des réserves de la cuisine du haut.


- On descend toutes les réserves de la cuisine du haut dans la cuisine cave (conserves, épices, oignons, …) et on range AVEC SA TETE PAR ORDRE dans le cuisine. On essuie les tâches, la poussière … Tout doit être propre.


8. Passage au gaz en bouteille


La plaque de cuisson est raccordée au gaz de ville si il y a un tuyau de gaz noir et au gaz en bouteille si il y a un tuyau de gaz orange raccordé à une bouteille de gaz sous la plaque de cuisson.


Si j’ai fais le changement (j’ai prévu lune catastrophe imminente), vous n’avez rien à faire mais dans le cas contraire, il va falloir vous débrouiller (si je suis absent).


LA PETITE SOEUR NE DOIT PAS EFFECTUER CETTE OPERATION SI ELLE EST SEULE.


Passer la plaque de cuisson de la cuisine cave au système de bouteille de gaz :


-Entreposer les bouteilles du couloir dans la buanderie.

-Préparer un bouteille de gaz à installer.

-COUPER l’ARRIVEE DE GAZ DE VILLE (la manette jaune sous la plaque de gaz doit être HORIZONTALE)

-Dans l’armoire brune porte du bas à droite, il y a un sachet avec un tuyau orange et d’autres accessoires).

-Défaire le bouchon plastique de la bouteille et visser correctement le tuyau orange à la bouteille (avec la grosse clé). Côté bouteille c’est le détendeur qu’il faut fixer.

-Dévisser le tuyau noir du gaz de ville (sous la plaque de cuisson). VERIFIEZ ENCORE QUE L’ARRIVEE DE GAZ SOIT COUPEE !!! Il peut y avoir une légère odeur de gaz resté dans le tuyau mais pas de pression.

-Placez la bouteille près de la plaque de cuisson est vissé le tuyau orange à la plaque de cuisson. Vérifiez qu’il y ai un joint dans le pas de vis du tuyau. Bien serrer avec lé grosse clé.

-Il va rester le plus technique : le changements des gicleurs (ils sont quatre en métal sur un carton). C’est expliqué dans le mode d’emploi mais voici la marche à suivre.

-Enlevez TOUT ce qui est sur la plaque de cuisson : grilles (2), tirer les quatre boutons noirs, enlever les ronds noirs de cuisson et les buses noires de cuisson.

-A chaque bec de gaz, il y a deux vis : il faut tout dévisser. La plaque blanche peut être enlevée (elle coincera peut-être à cause des joints de silicone qu’il faudra enlever.

-Vous apercevrez les quatre gicleurs. Ils faut les dévisser un par un et y mettre le nouveau qui est sur le carton. NE PAS MELANGER (mettre dans des gobelets. Et respecter les tailles lors du changement.

-Remontez la plaque blanche à visser.

-Remettre les accessoires sur la plaque de cuisson et vérifier que TOUT les boutons noirs sont FERMES.

-Prendre un briquet.

-Ouvrir légèrement le débit du gaz sur la bouteille. Passer la flamme d’un briquet autour du raccord du tuyau de la bouteille. Si il n’y a pas de petite flamme, il n’y a pas de fuite. S’il y a une petite flamme, il suffit de fermer le bouton d’arrivée de la bouteille et de vérifier le joint et le bon serrage du détendeur.

-Répéter l’opération à l’arrivée du tuyau orange à la plaque de cuisson. Mêmes remarques et mêmes conseils.

-S’il n’y a pas de fuites, poussez la bouteille sous la plaque de cuisson.

-Ouvrez la bouteille. ATTENTION, il faut deux ou trois secondes avant que l’air ne soit chassé de la plaque de cuisson lors du premier allumage.

-Bec par bec, alumez doucement (attention, plus d’électricité dont plus d’allumage électronique, il faut des allumettes.

-Si vous avez été attentif et précis, et patient, tout devrait fonctionner.


IMPORTANT : APRES CHAQUE UTILISATION DE LA PLAQUE DE CUISSON, FERMEZ LA DISTRIBUTION DE GAZ A LA BOUTEILLE.


Il n’y a pas de risque d’explosion lors des tests, au pire une petite flamme (on ouvre doucement le robinet de la bouteille). S’il y a flamme, il suffit de fermer l’arrivée de gaz. LE GAZ A UNE ODEUR : EN CAS D’ODEUR, FERMEZ LA BOUTEILLE et cuisez avec le foyer, les cartouches d’alcool en économisant au maximum en en attendant que papa revienne ! N’utilisez les moyens de cuisson qu’au minimum : on peut manger des choses froides (c’est mieux que de ne pas se nourrir). On peut réchauffer juste ce qu’il faut. On se lave avec peu d’eau et froide.


9. Repos et attentes


Si vous avez déjà effectué toutes les tâches qui sont écrites, il est temps de prendre son temps et de se reposer.


S’il manque une personne et que l’on attend son retour, il faut qu’une personne soit présente dans la cuisine cave même de nuit (mais on peut dormir).  C’est par ce moyen qu’il pourra faire connaître sa présence, discrètement si possible.


10. Gestion de l’eau


Il faut gérer l’eau potable (les bouteilles en stock), ne les utiliser que pour boire. On attend la pluie pour nettoyer, lessiver ou se laver.


Dès qu’il pleut, on met tous les sceaux et bassins à l’extérieur (cachés de la rue, près de la porte extérieure du couloir). Dès qu’ils sont remplis ou qu’il ne pleut plus :

- on ajoute une goutte de Javel par litre d’eau (environ).

- on les couvre d’un tissus (attaché par quatre pinces à linge, il ne doit pas toucher l’eau du sceau).


On se lave, on nettoie et on lave son linge avec l’eau de pluie. Et il ne fait pas froid, on peut se mettre nu sous la pluie et se mouiller. On se savonne à l’abri et se se rince sous la pluie. C’est rude mais on n’utilise pas l’eau récoltée !


On ne mélange pas l’eau potable et l’eau de pluie. Mais une eau de pluie récoltée dans un seau propre et immédiatement mise en bouteille avec une goutte de Javel par bouteille : l’eau sera potable (au mieux des conditions). Dans le doute, on fera bouillir l’eau avant de la consommer.


Pour réchauffer des légumes on peut utiliser le jus des boîtes ou bocaux. On récolte cette eau pour la vaisselle par exemple.


11. Gestion de la nourriture


On cuisine juste par quantités nécessaires (on n’a plus de frigo). On place le surplus dans la claie anti-insecte. On essaye de manger ce qui est ouvert même si c’est le même menu pendant deux jours.

La nourriture et l’eau deviennent des biens précieux. On a été habitué à ne pas compter et manger. Ici on compte puis on mange !


12. S’occuper


Il y a des jeux de sociétés dans le dernier tiroir du meuble brun de la cuisine cave et dans l’armoire haut à droite de la chambre. Même si vous n’en n’avez pas envie, jouez, il faut se détendre.


Rien n’est parfait et je n’ai pas pensé à tout. Il doit y avoir beaucoup de choses à faire : chauffage, cuisine, nettoyage (à sec), tuer les mouches en été … Observez, réfléchissez, améliorez ce qui n’est pas parfait …


Le jour, toujours tendre l’oreille. S’il y a des bruits suspects : gardez le silence absolu. S’il le faut : tirez et avertissez que vous allez tirer pour tuer. Soyez convainquant avec une voix forte. Essayer de renforcer un point qui est attaqué (fenêtres, portes …).


Avoir toujours son sac d’évacuation, les vêtements prêts et ne pas hésiter à s’enfuir si la situation devient intenable (sauver sa vie). Ne pas courir vers la rue de jour. Essayer de se cacher dans le fond du jardin si possible. Attendre une accalmie et la nuit pour fuir.


13. Se cacher ou évacuer


Voici une autre tâche. Une bonne idée pour se cacher :

-Faites une rigole profonde au 2/3 du jardin.

-Vous y videz vos défections des sceaux de toilette (L’odeur repoussera les agresseurs).

-Derrière cette rigole placez tout ce que vous trouverez comme branchages, morceaux de briques, terre … (un sorte de tas naturel …).

-Vous aménagez deux petites places derrière ce tas pour vous cacher.


Soyez patientes. Attendez le départ de toute personne avant de partir.


Votre sac d’évacuation est prévu pour une durée de survie de 72 heures. ATTENTION, il vous faudra prendre de l’eau (si possible un pack de 10 litres (vous pouvez cacher deux packs de 10 littres dans le fond du jardin MAIS A L’OPPOSE DE l’ENDROIT OU VOUS VIDEZ LES SCEAUX DE TOILETTE.


En 72 heures dans la configuration de notre ville et de ses alentours, vous avez une capacité de déplacement entre 80 et 150 km en marchant. Il faut éviter les zones à risques (celles les plus utilisées).


On marche environ 2km par heure. Et votre kit d’évacuation est prévu pour 72 heures MAIS il peut avoir une durée plus longue : en chemin, observez tout. Ramassez, récoltez, récupérer ou troquez vos superflus !


14. Conclusions sur l’urgence


Avant toute chose, vous devrez peut être soigné papa, maman, une sœur. Il faudra faire au mieux. C’est quoi au mieux ? C’est mieux que de ne rien tenter !


Voilà, pas mal de choses auxquelles Papa a pensé ou a étudié. C’est loin d’être complet mais ce sont les premières actions de survie et d’urgence pour les premiers jours. Pour rester « en attente » si nécessaire. N’oubliez pas que la majeur partie de la population commencera à devenir « zombie » passé les 72 premières heures.


72 heures précieuses pour mettre un maximum de choses en place, discrètement. ADAPTATION : l’eau peut être maintenue : utilisez les cabinets de toilette (dès que la chasse est vide, on stoppe). La distribution du gaz est maintenue : n’utilisez pas les bouteilles de gaz. L’électricité est maintenue : utilisez les fours et micro ondes.


Vous passez au plan B dès que l’approvisionnement est coupé ! Mais même si les voisins discutent simplement dans la rue : restez discrètes, ne sortez pas, ne parlez pas et n’ouvrez à personne. Il partira mais il pourrait revenir !


En cas de catastrophe grave, il y aura de la panique, des mouvements de foule, des déplacements immenses : essayez de ne pas bouger : plus de personnes fuiront et moins vous aurez d’ennemis.


La Police ou l’Armée seront débordés : il ne faut pas les suivre et encore moins montrer qu’il y a encore des habitants dans la maison. Ils vous forceront à les suivre. Pour où et avec quels moyens ? Pas assez !


Maintenant, passez l’urgence, on doit survivre et s’organiser. Il faut évaluer, créer, inventer selon ce que nous affronterons. Entrons dans une survie à plus de cinq jours. Nous sommes installés. Nous avons ce que nous aurons pu stocker, acheter, trouver, aménager. Il va falloir apprendre à vivre d’une façon différente.


Nous allons passer de l’utilisation principalement de nos bras et nos jambes à l’utilisation de notre tête.


Retour au Sommaire