Retour au Sommaire


«Guide de survie familiale - Pêche et chasse»


Important : consulez la page de téléchargement des documents sur la pêche : Cliquez ici


J’ai déjà pêché. Je dispose d’un minimum de matériel (une canne au lancer, un boîte avec les indispensables accessoires, deux sortes de fils de pêche et de deux filets achetés au rayon jardinerie). J’apprend aussi par les sites de survivalistes. Mais attention, sur ces blogs, on insiste sur le fait que la pêche nécessite un apprentissage et ensuite on tombe sur un fil de discussion destiné aux pêcheurs du dimanche.

La pêche en milieu urbain est envisageable (beaucoup de villes sont construites le long des fleuves). En survie, les techniques de pêche sont totalement différentes et doivent s’inscrire dans un contexte d’urgence. Je vous conseille les blogs survivaliste «plus militaires» ou plus pêche de survie.

La chasse amène souvent des personnes à me poser un question en relation avec les armes (voir une affirmation) : «Oui, mais officier militaire, vous avez la chance de disposer d’armes ?». La réponse est catégoriquement NON, après le service, les armes à feu rentrent à l’armurerie de la caserne.

Je fréquente le stand de tir (obligatoire). Je connais bien les armes et leur utilisation mais je n’ai aucun droit d’en disposer dans ma vie civile (législation belge). Les couteaux et autres poignards sont interdits de port sur la voie publique. Cela ne m’empêche pas de connaître des «systèmes D» : fabrication maison de divers engins légaux temps qu’ils restent sur ma propriété.

Non, je ne suis pas chasseur mais excellent tireur sur des cibles mouvantes. En cas de catastrophes extrêmes et QUI NECESSITERAIENT d’avoir une arme et UNIQUEMENT dans ce cas, comme chacun d’un peu futé, je sais où je devrais m’adresser. Savoir tirer n’est pas être un bon chasseur : il faut traquer, rabattre, reconnaître les traces et les races de gibiers ... Trop compliqué actuellement pour moi dans mon emploi du temps. Mais il y a un aspect survie : les pièges.

LA PECHE


1. La passe à poisson (ou barrage à poissons)


C'est un procédé simple qu'on utilise pas mal dans la culture, quoi qu'un peu long à mettre en place au départ mais efficace avec un peu de lecture de plan d'eau et donc d'expérience.




Pour la conception, la photo parle d'elle même. Pratique car pas besoin de surveiller tout le temps, (donc peu engageant physiquement et moralement) avec des chances de réussite importantes pour peu qu'on l'ait bien placé et que l'on respecte quelques points:


- En rivière, l'ouverture doit être dans le sens inverse du courant. Le poisson remontant se piège dedans et ne peut en ressortir.


- En lac, peu importe, mais en eau peu profonde tout de même. Le principe est de le placer dans des herbages (roseaux, mangrove etc...) là où y'a de la vie (insectes, grenouilles etc...).


- Avant de poser votre passe à poisson et d'y passer 1 heure, observer le lieu et assurez vous de la bonne fréquentation des poissons. Inutile de vous acharner à poser si y'a pas de poisson par là ! (3 poissons dans 200m3, c'est pas avoir du poisson).

- Il est bien de placer des appâts et autres amorces naturelles qu'on peut trouver dans les alentours afin d'attirer les poissons.


- Il faut éviter d'y retourner tout de suite et laisser "reposer" la passe quelques temps.

- Avoir le poisson dans la passe ne signifie pas que c'est gagner! Faut il encore le sortir et le dépecer! Un bon coup de gourdin peut l’assommer dans l'eau et éviter le combat aux mains glissantes...


2. La pêche au harpon et à la lampe de nuit


La pêche au harpon est également traditionnelle. On la pratique le plus souvent la nuit à la torche ou à la bougie, la lumière attirant les insectes qui attirent à leur tour les poissons.


Les poissons éprouvent aussi une certaine fascination pour la lumière chaude... Cette technique de pêche facile à mettre en oeuvre est efficace. On peut improviser un harpon à l'aide d'une pointe de flèche et un bâton de noisetier.


3. Le pêche “au poncho”


Ça n'a rien de traditionnel, mais ça marche avec un peu de "doigté"! La technique est très facile : on relis de la corde (ou autre) à chaque coin d’un poncho (mais un vieux drap de lit fera aussi l’affaire)


On pose sur les rives d'un lac le poncho dans le fond de l'eau. On en fait le "sol" et on le garde au sol avec un peu de sable, gravier, petit cailloux etc, mais rien de trop lourd. Il faut que ça soit un coin à alvins.


On s'éloigne en attachant les cordes. Quand on voit qu'il y a des alvins dedans, on renferme le poncho en le tirant hors de l'eau. C'est de l'arrache pure et dure mais ça marche.


3. D’autres techniques de pêche


Bloquer les poissons dans les cours d'eau de faible profondeur avec des cailloux et les frapper d'un bâton...


Du gros fil de pêche (du costaud) sur 30m, quelques plombs et 3 hameçons de tailles différentes. Après, on bidouille et improvise!. On peut aussi improviser ses hameçons avec des épingles à nourrice, des baleines de soutifs, des aiguilles de rosacé ligaturées ensembles... Bref, adaptation improvisation et opportunisme.


Une fois votre poisson attrapé, il faut le vider rapidement et le faire cuir. Exit les idées de poissons crus, pour éviter les éventuelles salmonelles, hépatites ou parasitoses présentes dans le poisson.


Eloignez de votre choix alimentaire tout poisson mollasson, d'apparence douteuse ou possédant des viscères intérieures endommagées de couleur vertes foncées ou bleues (maladies ou autre possible).


LA CHASSE


1. Les pièges


Chasser n’est pas facile et ce sera d’abord chasser avec des pièges qui sera le plus facile. En milieu urbain, il y a peu de gibier : des rongeurs mais souvent pollués (rats, souris, …). Il faut donc se tourner vers les oiseaux et principalement les pigeons. Mais en cas d nécessité, les petits oiseaux grillés feront l’affaire.


Il y a un technique de piège facile : utiliser les pièges à rats et souris (en bois). Quelques miettes de pain ou insectes seront de bons appâts. L’oiseau viendra picoré et e piège se fermera sur lui.


La seconde technique est l’utilisation d’un filet (ou tissus très fins). On fabrique un cadre avec des bois ou des branches. On y fixe le filet ou le tissus. Il faut fixer le cadre au sol. On utilisera de la corde et quatre piquets de bois pour former deux “charnières”. Une longue corde reliera notre cadre. Placez quelques appâts face au cadre. Dès qu’un oiseau se pose, il suffit de tirer sur la corde pour rabattre le cadre et le filet sur les oiseaux.



Retour au Sommaire