Survie Urbaine et

Secours

 
 

Expériences


Passez à l’étape N°1 de la méthode en cliquant sur ce lien : CLIQUEZ ICI

Cliquez sur : Motivations   Objectifs


Expériences et analyses du groupe et de Patrick


Après plus de 35 ans de métier et d’analyses des risques, la consultation des sites de «survivalisme», je me suis posé cette question : «Cette nouvelle mode est-elle réellement novatrice ?»


Après la seconde guerre mondiale, nos aïeux, qui avaient vécu des moments durs. Ils craignaient un nouveau conflit et ils stockaient dans leurs caves des vivres essentielles. Donc ils étaient des «survivalismes» parce qu’ils craignaient une 3ème guerre mondiale (la guerre froide), une guerre atomique (donc nucléaire).

2017 : Le spectre d’une guerre civile aux USA est  déjà programmée. Quand un Président signent autant de décrets de destructions, dans tous les domaines de la vie, il provoque autant de réactions entre ceux qui sont «pour et ceus qui sont «contre».


La peur de l’effondrement monétaire ne date pas d’hier puisque je me rappelle des crises financières avec des chiffres du chômage au plus haut. Il y a eu les crises pétrolières durant lesquelles nous avions de réelles restrictions : les véhicules étaient interdits de circulation les dimanches. Mais nous y avons tous survécus.

2017 : En 2009, nous avons vu, lu relu et entendu des «spécialistes financiers» nous donner des dates de nouvelles crises financières. Jovanovick et d’autres spéculateurs de ... crises se sont actuellement tous trompés et ... on les croisent moins sur Internet !


Aussi loin que je me souvienne dans ma jeunesse, j’ai toujours entendu que le climat changeait (à la moindre sécheresse ou inondation). Et ça fait 53 ans que je constate que notre climat évolue. Nos scientifiques n’en savent pas plus que nous sur l’avenir. On nous prédisait un désert en Europe (réchauffement) puis on nous parle de l’imminence d’une nouvelle glaciation, l’inversion de courants marins ...

2017 : Il est évident que la terre se réchauffe. Nous lisons les rapports de GIEC comme beaucoup mais aussi des avis d’autres spécialistes. Et nous ne constatons qu’une chose, l’évidence du réchauffement par les causes. N’étant pas spécialistes, nous laisserons les scientifiques débattre du sujet.


Dans un passé proche, il y a eu la peur du passage de l’An 2000 annoncé par un grand couturier et bien sûr Nostradamus : l’an 2000, la fin du monde... Une période très prolifique puisque l’année suivante (2001), on nous prédisait le fin de nos ordinateur suite à un bug mondial. Et enfin les interprétations d’un calendrier Inka annonçant la fin du monde en 2012 (bien exploitée par les «survivalistes»).

2017 : Un certain «Piero San Giorgio», personnage trouble et opportuniste «qui retourne sa veste» selon l’actualité. Il aimait le «survivalisme» et maintenant il préfère prôner le terme «vivre» sur sa fiche Wikipedia ! Il n’y a pas eu de fin du monde mais bien son exploitation idéologique et sa commerciale !


Durant ces 35 années, j’ai connu des catastrophes, des épidémies, des périodes critiques, des guerres mais aucun effondrement mondial !

2017 : A ce jour, rien de changé, pas d’effondrement mondial et toujours ni plus ni moins (hélas) de risques !


Je n’ai trouvé qu’une seule nouveauté majeure : Internet, le seul média on l’on peut tout écrire (du plus sérieux au plus farfelu) et être lu par n’importe qui. Tout écrire ? Oui, même proposer des conseils dangereux.

2017 : on écrit toujours autant de choses idiotes sur Internet mais il y a une légère prise de conscience des lecteurs.


«Le survivalisme» n’est donc pas un nouveau mode de pratiques mais bien un retour dans le passé de nos ancêtres !  En ajoutant des nouvelles tendances dangereuses : para-militaires, sites de groupuscules d’extrême droite ou d’extrême gauche, paranoïa, illuminés et gourous en tous genres. A l’autre extrême, il y a d’excellents spécialistes et professionnels qui sauvent des vies tous les jours.


Passez à l’étape N°1 de la méthode en cliquant sur ce lien : CLIQUEZ ICI

Cliquez sur : Motivations   Objectifs


Retour Haut de page