L’étape N°3


Revenir à l’étape précédente en cliquant sur ce lien : ETAPE N°2


«La réflexion et se documenter»


Après ces deux premières étapes, même si vous résidez dans un petit logement, ce grand rangement et nettoyage «de Printemps» vous aura pris un certain temps.


Vous avez déjà posé des actes positifs pour votre survie. Vous voici à la tête d’une série d’objets et de compétences. Ils sont placés dans un contexte d’utilisation d’une situation d’urgence. Et vous n’avez rien déboursé !


Vous connaissez maintenant vos compétences, vos limites et votre environnement (habitat, votre quartier, votre famille ...). Vous avez probablement commencez à réfléchir à des situations moins confortables que votre vie actuelle.


La survie dépend à 80% d’une préparation psychologique et 20% sur la préparation de votre équipement.


Le survivaliste n’aborde de la probabilité de sa mort en cas de catastrophe. Ce serait remettre en cause SA préparation. Etre un «survivaliste» est une forme de garantie de survie ! FAUX. La mort frappe au hasard et n’importe où.


Je n’ai pratiquement jamais lu d’articles de blogs sur ce sujet. J’ai 58 ans, serais-je là demain quand les miens pourraient être confrontés à une catastrophe ? Je n’en sais rien. Je peux aussi être absent de mon domicile, bloqué justement par cette catastrophe !


La majorité des «survivalistes» reconnaissent ne pas imposer leur préparation à leur famille (c’est normal). Ils avouent souvent se préparer seul pour toute la famille. Mais aucun n’envisage leur absence et ne pas pouvoir encadrer et aider leurs proches !!!  Une personne est rarement avertie 24 heures à l’avance d’une l’imminence d’une catastrophe !


Si nous voulons être responsable et conscient de cette forte éventualité (papa est au travail, par exemple), on doit se préparer à cette situation de notre propre absence. C’est la voie que j’ai choisie :  je peux mourir demain ou être absent pendant un catastrophe. Que deviendront mes efforts, mon savoir et ma préparation ?


Ai-je imposé une préparation ou mes réflexions sur la survie à ma famille ? NON ! Pour ne pas gâcher ou changer l’innocence de mes enfants. Les risques sont réels mais une catastrophe n’est qu’une hypothèse.


Ce sera la troisième étape que je vous propose : rédiger un cahier de bord disponible (imprimé). J’ai écrit le mien avec des mots compréhensibles (j’ai dû traduire la langue «survivaliste»). J’ai dû «compiler» tout ce que j’ai trouvé d’intéressant sur Internet, mes expériences de vie, mes tests ...


Je vous livre cette expérience, qui vous donnera des informations utiles ou inutiles selon votre situation personnelle.  Pas un seul guide ne correspondra à votre situation.  Il faudra rédiger le vôtre tout au long de votre préparation, c’est ça se préparer au pire.


Passez à l’étape «Le guide familiale) en cliquant ci-dessous.


Revenir à l’étape précédente en cliquant sur ce lien : ETAPE N°2